Wonderland Sanctuary

Entre dans le monde de Wonderland Sanctuary ...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Le forum a fermé ses portes.

Partagez | 
 

 Mademoiselle Papillon... [PV Alice L.]

Aller en bas 
AuteurMessage
Elliot L. McDowell
The Original Sin
The Original Sin
avatar

Messages : 18
Expérience Rpg : 4
Date d'inscription : 21/05/2011
Age : 22

Feuille de personnage
Âge: 17
Race: Démon
Informations Utiles:

MessageSujet: Mademoiselle Papillon... [PV Alice L.]   Lun 23 Mai - 4:45


    - Quelle fête ridicule... murmurai-je.

    Je ne connaissais pas les raisons pour lesquelles j'étais dans ce manoir, où du vin coulait à flot et où des petits fours étaient disposés sur de grandes tables à nappe blanche. La salle grouillait de monde qui parlait de droite à gauche et j'en avais des maux de tête. "Qu'ils arrêtent de jacasser" avais-je envie de clamer mais je m'etais tu et était resté assis sur cette chaise, et bien qu'elle soit confortable, je m'ennuyais ferme. Je n'avais envie de discuter avec personne, et rien que les entendre me donnait envie de vomir. Je n'avais qu'une seule idée en tête : partir d'ici.
    Je ne savais pas quoi faire à part observer les gens qui passaient dans tous les sens.


    Après avoir passé encore une fois, une journée ennuyante dans ma chambre à ne rien faire, scrutant l'horizon à travers les barreaux de ma fenêtre, le soir venu, un domestique m'avait annoncé que je devais au plus vite m'habiller pour sortir. Nous étions invités, ma famille et moi, à une fête sans grande importance. J'avais soupiré et m'étais affalé sur on lit. La veille, j'avais fait un rêve étrange, où une jeune fille qui m'était inconnue me tendait la main et répétait mon prénom. J'y avais médité toute la journée sans trouver de réponse à toutes les questions que je m'étais posé. J'avais réfléchi encore un moment puis avait décidé de me lever pour me mettre des vêtements chics sur le dos.
    Je m'étais approché du perchoir où dormait Hayden, mon faucon aux ailes d'argent. Du bout du doigt je lui avait carressé la tête. Il ouvrit les yeux et m'avait rendu cette caresse. Père me donnait le droit de laisser Hayden sortir une fois par jour mais il vérifiait toujours que celui-ci ne portait pas de lettre aux pattes. La fille que j'avais connu il y a maintenant presque huit ans, je l'avais oubliée. Cela faisait deux ans que je ne me souvenais plus d'elle, malgré la dernière lettre qu'elle m'avait adressée.
    Lorsque j'avais été bien habillé, je pris soin de m'accrocher le collier en forme de goutte autour du cou et avait pris soin de le cacher dans ma chemise. C'était mon porte bonheur et un pendentif auquel je tenais beaucoup. Je ne me souvenais plus pourquoi mais je savais qu'il m'était cher.
    Un domestique était venu me chercher dans ma chambre et m'avait conduit dans le hall de notre manoir. Mes parents m'attendaient avec impatience et j'etait monté dans la voiture qui nous avait conduit jusqu'à la fête.


    Pour en revenir à celle-ci, j'étais seul, assis sur une chaise, à observer les gens autour de moi. Soudain, j'entendis une conversation entre plusieurs dames. Elles parlaient de moi.

    - Lui c'est un démon de sang-pur, vous savez la famille McDowell...
    - Ah, cette fameuse famille de démon...
    - De démon de sang-pur !
    - Et lui c'est l'héritier de leur famille...
    - Mieux vaut ne pas l'approcher...


    C'est ça, ne venez surtout pas me parlez ou je vous enverrai mon poing dans la figure. Cependant, je gardais mon calme et pensai à autre chose. Qui était cette jeune fille ? Comment connaissait-elle mon nom ? Et puis... Comment était-elle ?
    J'eus un trou de mémoire. Comme était-elle ? Je me creusais la tête pour essayer de m'en souvenir quand soudain des enfants coururent autour de moi, tenant ma chaise et me firent tomber. Je me relevai en les fusillant du regard, ils se figèrent et partirent encourant. Je touchai mon cou et aperçus que j'avais fait tomber mon collier. Je me baissai pour le remettre autour de mon cou oubliant de le remettre dans ma chemise. Je me rassis et repensai à la jeune fille, soudainement quelqu'un me sortit de mes songes. Cette personne m'avait dit quelque chose, mais je n'y avais pas fait attention. Je levai ma tête et me trouvai face à face à une jeune fille à la chevelure dorée et aux yeux bleus. Qui était-ce ?


    - Que me voulez vous ? demandai-je d'un ton froid tout en la regardant.

_________________



:: What can I do ? ::
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice P. Liddell
¤ Mademoiselle Papillon ~
¤ Mademoiselle Papillon ~
avatar

Messages : 49
Expérience Rpg : 23
Date d'inscription : 20/05/2011
Age : 21

Feuille de personnage
Âge: 16
Race: Ange
Informations Utiles:

MessageSujet: Re: Mademoiselle Papillon... [PV Alice L.]   Lun 23 Mai - 11:05

    « Allongée dans l'herbe moelleuse de la forêt de Wonderland Sancturay, Alice nageait dans une plénitude sans bornes. En ouvrant les yeux, elle vit de jolis pupilles d'un bleu semblable à celui de l'océan. Ces yeux appartenaient à un blondinet aux allures de gamin, un sourire béat au visage. La jolie ange le poussa gentiment et rit de bon cœur devant le regard ébahi de son ami. Se levant brusquement en tendant une main au blond, elle déclara d'une voix assurée.

    - Et si on partait ?
    - Quand tu dis partir... tu entends quoi ?
    répondit le garçon en souriant.
    - Je veux dire partir loin de cette maudite ville, aller quelque part où on pourra faire ce qu'on veut, sans parents, sans responsabilités et sans rien pour nous empêcher de jouer ! expliqua-t-elle en lui tendant une main.

    Tellement d'opportunités s'offraient à eux, et il avaient encore leur chance d'arrêter de fuir leurs parents qui n'approuveraient sans doute jamais leur amitié. Très peu de purs démons se liaient à de véritables anges, et le fait qu'ils soient aussi proche relevait de l'impossible. Si seulement moins de conflits avaient eu lieu durant les millénaires précédents, ils auraient peut être pu éviter ça.
    Attrapant la main de la jeune fille, le garçon esquissa un sourire magnifique avant de déclarer d'une voix malicieuse.


    - Je te suivrai jusqu'au bout du monde s'il le fallait !

    Foutaises...

    ---------------------------------------------------

    - Lady Liddell ! Lady...

    Alice eut un léger sursaut. Ouvrant les yeux brutalement, elle vit que le cocher la secouait doucement, dans le but de la réveiller. Alors la scène qu'elle venait tout juste de vivre n'avait été qu'un doux rêve. Merveilleux mais terriblement futile.
    Cheshire fut également tiré de son sommeil, tranquillement installé sur les genoux de sa compagne d'âme. Tous deux fixèrent longuement le cocher, le temps de s'apercevoir qu'ils se trouvaient dans une diligence, à l'arrêt. L'ange cligna trois fois des yeux avant de se décider à demander où ils se trouvaient. Le cocher répondit avec un certain étonnement qu'ils étaient garés devant le manoir du duc Yoshida, qui avait invité les nobles de la ville afin de fêter le dix-huitième anniversaire de son fils ainé. Il ajouta également que le couple Liddell attendait leur fille en dehors de la voiture, et qu'il serait fâcheux de les faire patienter plus longtemps. Faisant sortir Cheshire en premier, l'ange descendit de la diligence aussi gracieusement qu'elle le pouvait et réévalua la situation.

    Alice se souvenait que ses parents lui avaient tendu un parchemin, indiquant qu'ils étaient effectivement invités à une fête. Le souvenir de s'être habillée et coiffée convenablement lui revenait soudain. Elle se sentait assez mal dans sa robe rose pale et ses talons. L'ange avait toujours haï les talons, même si elle marchait bien avec. Ces horribles chaussures étaient très inconfortables, et elle aperçut son reflet dans la fontaine qui accueillait les invités. Ses cheveux avaient été bouclés par sa coiffeuse personnelle, et une petite barrette qu'elle ne quittait pratiquement jamais ornait sa tête blonde. La forme de papillon était due au fait que cette barrette avait été un présent qu'un garçon lui avait fait part, six aux auparavant. Cette fois, ce fut la voix de sa mère qui la tira de ses songes, et elle dut suivre ses parents qui commençaient déjà à monter les marches qui les conduisaient à l'entrée de la maison du duc. Depuis longtemps déjà, Alice s'était lassée de toutes ces fêtes qui devaient de plus en plus monotones au fur et à mesure que le temps passait. Les adolescents de son âge devenaient tellement ennuyeux qu'elle n'avait même plus la foi de rester en leur compagnie. Les filles ne parlaient plus que de garçons, et les garçons ne parlaient plus que des filles... c'était ainsi pour toutes les races de la ville. Lorsqu'ils pénétrèrent dans la salle où se trouvaient tous les invités, un homme d'une cinquantaine d'années vint les accueillir.


    - Henry, Lorina ! s'exclama-t-il en voyant le couple Liddell. Quel plaisir de vous voir parmi nous ce soir !
    - Nous sommes tous très honorés d'assister à cette fête, répondit Henry Liddell. Ne vous rappelez-vous pas de notre fille, Alice ?
    - Elle a tellement grandi ! répondit l'homme en voyant la jeune fille. Je me rappelle encore lorsqu'elle venait d'apprendre à marcher...

    Souriant par politesse, elle profita de l'instant où les trois se plongèrent dans une conversation tournant autour du sujet de la fête pour s'éclipser discrètement. Il était inutile de rester plus longtemps en compagnie de ses parents si elle comptai profiter un tant soit peu de la fête qui battait son plein. Se servant un peu de nourriture bien qu'elle n'aie pas faim, elle finit par s'asseoir au bout d'une vingtaine de minutes passées à déambuler au milieu de ces aristocrates, des petits fours à la main. Le petit poids qu'elle sentit sur des genoux lui indiqua que Cheshire venait d'arriver, et le sourire qu'il avait au... visage -certes, assez effrayant- montrait qu'il avait fait une découverte.

    - Qu'est ce que tu mijotes ? interrogea Alice, sur ses gardes.
    - Moi ? Mais rien du tout voyons...

    Son sourire s'élargit alors, le rendant encore plus effrayant qu'il ne l'était. Avalant son dernier petit four, Alice plissa les yeux et répéta sa question. Il sauta au sol et lui dit signe de le suivre. Il se mît alors à courir vers les enfants des invités qui jouaient entre eux. Ces derniers suivirent la tête de chat volante -Cheshire ayant fait disparaitre son corps afin de ne fait apparaitre que sa tête- en courant et en bousculant tous les passants. La jolie ange fit de même, étant donné que son compagnon d'âme allait encore faire des ravages si il continuait ainsi. La course folle après le chat volant s'arrêta lorsque les enfants firent tomber la chaise sur lequel était assis un adolescent blond. Il avait du leur lancer un regard relativement effrayant car les gamins pâlirent et partirent en courant. Une telle colère émanait de cet être qu'Alice fut presque choquée de tant d'emportement pour une simple bande de gamins. Il était de dos à l'ange, qui n'apercevait pas encore son visage. Elle s'approcha alors de lui, avant de le réprimander légèrement.

    - Tu devrais contrôler un peu plus tes émotions et éviter de lâcher ta colère pour une chose aussi futile, déclara Alice d'un ton bienveillant.

    Se retournant alors doucement, il employa un timbre relativement froid pour demander poliment ce que lui voulait Alice. Fixant d'abord le garçon, qui avait un corps plutôt bien sculpté dont on apercevait la silhouette malgré ses vêtements, un visage aux traits durs et froids, mais qui était tout de même plutôt beau, Alice en déduit qu'il devait être un démon. Les anges avaient en général une beauté fulgurante, mais pas aussi brutale que celle du garçon.


    - Je disais juste que tu ne devrais pas t'énerver pour...

    La jolie blonde eut alors un hoquet de surprise en voyant ce qu'il portait autour du cou. Ce pendentif en forme de goutte d'eau, c'était le bijou qui se transmettait de génération en génération dans la famille Liddell, et il n'en existait que trois exemplaires semblables dans le monde. Ces reflets bleu et argent étaient uniques, et les deux possesseurs légitimes de ces pendentifs était Henry et Lorina Liddell, les parents d'Alice. Le troisième, Alice l'avait offert à un ami. Son meilleur ami...

    - Où as-tu eu ce collier ? lâcha-t-elle. - Tu ne serais pas Elliot McDowell ? ... Non, laisse-tomber, c'est pas possible.

    Entortillant une de ses mèches blondes, elle scruta plus attentivement le visage du blond. Ses yeux était d'un bleu semblable à celui de l'océan, et ses cheveux couleur or étaient familiers à Alice. Ce garçon ne pouvait tout bonnement pas être Elliot McDowell, tout simplement parce qu'Elliot était beaucoup moins froid, autant dans sa manière de parler que dans son visage. Elle secoua la tête et attendit la réponse du garçon.

_________________



Dernière édition par Alice P. Liddell le Dim 26 Juin - 22:39, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sanctuary-of-heart.forumactif.org
Elliot L. McDowell
The Original Sin
The Original Sin
avatar

Messages : 18
Expérience Rpg : 4
Date d'inscription : 21/05/2011
Age : 22

Feuille de personnage
Âge: 17
Race: Démon
Informations Utiles:

MessageSujet: Re: Mademoiselle Papillon... [PV Alice L.]   Ven 27 Mai - 23:41

    En me relevant de ma chute, je vis une jeune fille à la chevelure blonde qui me dévisageait intensément. Elle déclara que je ne devais en aucun cas laisser ma colère m'envahir de la sorte, et je haussai mes sourcils d'un air blasé. Elle n'avait pas à me dire ce que je devais faire. Pour qui se prenait-elle a me faire la morale de la sorte ?!
    Elle m'agaçait tout autant que mon père et rien que de penser à lui me donnais la nausée. Cet homme qui possédait malheureusement le même sang que moi n'arrêtait pas de me maltraiter et de me faire la morale chaque jour. À cause de ça, petit à petit j'avais commencé à perdre la mémoire sans savoir pourquoi. Quelque chose en moi voulait resurgir... Des souvenirs lointains, qui étaient doux ou monstrueux. Comme s'ils n'avaient jamais existé, comme si je ne les avais jamais vécu.
    Tout en gardant mon calme et mon sang-froid -sachant que pendant les fêtes, je devais faire bonne figure ou je me ferais corriger par mon paternel- je lui répondis d'un air neutre en serrant les dents:


    - Pour qui vous prenez vous a dire aux gens ce qu'ils doivent faire ?

    Mais la jeune fille ne m'écoutait plus et fixait avec insistance mon cou. En plus d'être ennuyante, c'était aussi... une perverse ? Qu'est-ce qu'elle avait a fixer les gens comme ça ? Au bout d'un certain temps, elle posa son regard sur mon torse a travers ma chemise entrouverte ce qui me mis mal a l'aise. Cela faisait longtemps que je n'avais pas rougis de la sorte, surtout devant une dame. Après m'avoir bien examiné elle s'exclama :

    - Où as-tu eu ce collier ? lâcha-t-elle. Tu ne serais pas Elliot McDowell ? ...

    Comment connaissait-elle mon nom ?
    Ah oui, ma famille était très connue à cause de son ascendance pure, et de plus, c'était une famille noble et puissante. Cependant, il y avait une question à laquelle je ne pouvais répondre.

    "Qui était-elle ?"

    Cette question que je m'étais posée auparavant était exactement la même. Et saurait-elle d'où venait ce collier qui était si précieux à mes yeux ? Elle avait sûrement les réponses à mes questions, mais je preferai me méfier d'elle car il ne fallait pas faire confiance aux inconnus.
    Mon père me répétait toujours les mêmes paroles lassantes, "Un jour ils vous traitent comme leur ami et le lendemain ils vous laissent tomber..." à force de l'écouter jacasser, je me mis a penser comme cette ordure, comme quoi les amis sont de passage et que l'amour n'est qu'une futilité.
    Mais, cette fille me faisait penser autrement et puis j'avais déjà entendu sa voix auparavant... Mais quand ? Et puis son visage m'était si familier. Elle semblait savoir d'où venait ce collier et puis, elle connaissait mon nom. C'était étrange car elle paraissait savoir des choses sur moi alors que j'ignorais tout d'elle. Comment cela se faisait-il ?


    - Non, laisse-tomber, c'est pas possible.

    Effectivement, ce n'était pas possible que l'on se connaisse. Je ne l'avais jamais vue, et je ne lui avais jamais adressé la parole. Soudainement, ma tête me fit horriblement mal. Au fond de moi, je sentis mon âme pure d'enfant qui s'éveillait, comme si cela faisait des lustres qu'il s'était endormi. Cette voix de gamin attardé me hurlait un mot, que je pouvais percevoir. Je ne comprenais pas ce qu'il disait mais aussi soudainement qu'avait survenu mon mal de crâne, un unique mot me revint a l'esprit.

    - Alice... avais-je murmuré avec difficulté.

    Lorsque je repris mes esprits, la jeune fille me regardait bizarrement. Je pus apercevoir une barrette rose en forme de papillon et j'étais certain d'avoir déjà vu cet accessoire. Ma tête me fit encore plus mal, comme si on me donnait un coup et cette fois-ci, un souvenir me revint subitement. J'avais offert une barrette semblable à celle-ci à la fille dont j'étais tombé amoureux. Enfin, ce n'était qu'une amourette de gamin. Je levai ma tête vers la jeune fille, et il était probable que je me trompe de personne. Je me souvenais cependant du sourire de cette petite blonde, chaque qu'elle me voyait. Mais dans ce monde il devait y avoir des milliers de jeunes filles blondes.

    - Je me nomme bien Elliot McDowell et je ne sais pas d'où provient ce collier. Bien, à présent que j'ai répondu à vos questions stupides, auriez-vous l'amabilité de me laisser seul ?

_________________



:: What can I do ? ::
 


Dernière édition par Elliot L. McDowell le Sam 28 Mai - 1:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice P. Liddell
¤ Mademoiselle Papillon ~
¤ Mademoiselle Papillon ~
avatar

Messages : 49
Expérience Rpg : 23
Date d'inscription : 20/05/2011
Age : 21

Feuille de personnage
Âge: 16
Race: Ange
Informations Utiles:

MessageSujet: Re: Mademoiselle Papillon... [PV Alice L.]   Ven 27 Mai - 23:56

    « Le fait que le garçon blond ait murmuré le prénom de l'ange la fit sursauter. Peut être était-ce juste le fruit de son imagination, et qu'elle avait entendu ce qu'elle aurait voulu entendre. Un silence retomba entre eux deux, plantés au milieu de la foule, chacun fixant l'autre sans vraiment le voir...
    Un flot de souvenirs tous aussi joyeux que douloureux se bousculaient dans la tête de la jeune Alice, qui ne savait plus du tout quoi faire ni penser. Cheshire n'était pas là pour l'aider à trier ce soudain accès de pensées en vrac, et il fallait maintenant qu'elle de débrouille seule si elle ne voulait dire une bêtise. Parler sans réfléchir, elle le faisait souvent, et il lui arrivait parfois de le regretter... même si ça n'arrivait que très rarement.
    Le garçon finit par rompre le silence pensant qui s'était installé entre les deux blonds, confirmant donc le fait qu'il se nommait Elliot McDowell. La suite de ses propos furent durs et froids, puisqu'il lui avait sommé de le laisser seul. Restant un petit moment muette, elle ne sut répondre. Il ne savait d'où venait ce collier, mais elle, elle le savait parfaitement. Le seul exemplaire d'un collier de la sorte avait été offert à un Elliot McDowell, environ six ans auparavant. L'Elliot que l'ange avait connu était doux et plutôt simplet, mais véritablement attachant. Ses sourires niais et imbéciles avaient le don de la faire rire, et des propos étaient tous agréables à entendre, tout comme sa voix. Elle n'aurait jamais pu deviner qu'il était un démon de sang-pur, issus d'une des familles rivales de la sienne.

    Le garçon qui se tenait devant elle était vraisemblablement l'Elliot McDowell de son enfance. Ses traits étaient les mêmes que ceux de l'enfant qu'elle avait côtoyé, malgré leur fermeté et ce regard azuré, autrefois su chaleureux était maintenant aussi froid que la glace. Il était devenu extrêmement bien bâti, et avait vraiment grandi. Elle se rappelait qu'elle dépassait le gamin, qui n'en revenait pas. Mais cet adolescent presque adulte faisait une tête de plus qu'elle, ce qui l'avait portée à confusion. Elle serra les poings, baissa la tête afin qu'il ne voie pas la teinte rosée qu'avaient pris des joues sous l'importance du choc encaissé ainsi que la colère qui émanait de la jeune fille à l'égard de cet homme. Comment avait-il pu l'oublier aussi facilement ? Avait-il été comme tous ces démons sans cœur et sans âme, qui jetaient leurs conquêtes après s'être lassés ?


    Hors de question que je te laisse partir aussi facilement, surtout après ce que tu m'as fait, répondit-elle d'un ton chargé de mépris, chose qui ne lui allait pas aussi bien que son habituel timbre enjoué. Je ne suis rien d'autre qu'une vulgaire poupée dont tu t'es lassé, pour m'abandonner de comme tu l'as fait ?

    Les larmes commençaient à lui monter au yeux, et elle s'efforça de les retenir du mieux qu'elle pouvait. Il ne fallait pas faillir et montrer qu'elle n'était pas une de ces filles pleurnichardes qui pleuraient pour n'importe quoi. L'étonnement qu'elle percevait malgré elle dans l'esprit du jeune garçon était assez déconcertant. Il ne devait pas s'étonner de la voir dans un tel endroit, et puisqu'ils vivaient dans la même ville, ils se seraient sûrement retrouvés un jour ou l'autre. Elle s'essuya rageusement les yeux et tourna les talons. Même si elle avait affirmé ne pas vouloir le laisser partir, elle était tellement en colère contre lui qu'elle partit d'un pas pressé en direction de la porte. Elle appela sèchement Cheshire, lui disant un vague "On s'en va, j'en ai marre de cet endroit." et avait disparu dans la foule, laissant Elliot planté au milieu des invités. Le chat invisible apparut soudainement devant ce dernier, esquissant un sourire malicieux qui faisait froid dans le dos.

    - Tu devrais aller la voir si tu veux plus d'infos sur ce collier, elle en sait beaucoup plus que toi à ce sujet. D'après moi, elle ne tardera pas à trouver une diligence qui la ramènera chez elle alors rattrape la avant qu'il ne soit trop tard.. déclara-t-il en disparaissant progressivement, laissant derrière lui l'ombre d'un sourire plein de malice.

_________________



Dernière édition par Alice P. Liddell le Dim 26 Juin - 22:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sanctuary-of-heart.forumactif.org
Elliot L. McDowell
The Original Sin
The Original Sin
avatar

Messages : 18
Expérience Rpg : 4
Date d'inscription : 21/05/2011
Age : 22

Feuille de personnage
Âge: 17
Race: Démon
Informations Utiles:

MessageSujet: Re: Mademoiselle Papillon... [PV Alice L.]   Sam 28 Mai - 6:56

    La jeune fille blonde me regarda d'un air furieux. Je l'avais sans doute vexée mais ce n'était pas mon problème. Je ne la connaissais pas point. Je n'avais pas à perdre mon temps avec ces choses futiles. Si ça se trouvait, elle se trompait sûrement de personne.
    Je levai la tête vers elle et aperçus ses yeux remplient de colère et de tristesse. Ce regard me mit mal à l'aise, j'avais l'impression que quelque chose serrait mon coeur. Je ressentais de la culpabilité, cela faisait longtemps que je n'avais pas ressentis ça.

    - Ne pleure pas... avais-je envie de lui dire avec mon âme d'enfant.

    Elle serra ses poing et me regarda les larmes aux yeux.

    - Hors de question que je te laisse partir aussi facilement, surtout après ce que tu m'as fait, vociféra-t-elle d'un ton chargé de mépris. Je ne suis rien d'autre qu'une vulgaire poupée dont tu t'es lassé, pour m'abandonner de comme tu l'as fait ?

    Sur ces mots, je devins perplexe. Que lui avais-je fait ? Je fus très étonner de l'entendre dire ces propos alors que je ne savais pas de quoi elle parlait.

    Soudain ma tête me fit mal encore une fois, un souvenir plus récent revint. J'avais treize ans et j'étais à l'orée du bois. Là une jeune fille blonde m'attendait impatiemment, dès qu'elle m'avait aperçu, une sourire radieux se dessinait sur son visage. J'étais heureux de la revoir. Nous avions discuté un long moment tout en riant et en s'amusant. Puis avec une fleur, je lui avais fait une bague et la lui avais mise sur l'annulaire gauche. Elle était surprise sur le coup mais trouvait cela charmant et me déposa un baiser sur la joue.

    - Argh.. Ma tête... pensai-je.

    La jeune fille essuya furtivement ses larmes qui s'apprêtèrent à couler sur ses joues, tourna les talons et partit en direction de la sortie. Elle était furieuse et partait d'un pas enragé.

    - On s'en va, j'en ai marre de cet endroit. fit-elle sèchement.

    Elle appela sèchement Cheshire, et avait disparu dans la foule. Je la trouvais étrange car elle venait de me dire qu'elle n'allait pas me laisser partir alors que c'était elle-même qui venait de s'en aller. Son chat apparut soudainement devant moi, esquissant un sourire malicieux. J'avais une impression de déjà-vu. Ce chat m'était très familier.

    - Tu devrais aller la voir si tu veux plus d'infos sur ce collier, elle en sait beaucoup plus que toi à ce sujet. D'après moi, elle ne tardera pas à trouver une diligence qui la ramènera chez elle alors rattrape la avant qu'il ne soit trop tard.. déclara-t-il en disparaissant progressivement, laissant derrière lui l'ombre d'un sourire plein de malice.

    Il n'avais pas tort, subitement, poussé par mon âme d'enfant je me levai de ma chaise de ma chaise et me mis à courir après cette jeune fille. Il fallait que je sache qui était-elle et d'où venait ce collier. Et qui était cette personne qui était si chère à mes yeux ?
    Il fallait que je sache tout cela et il n'y avait qu'elle qui devait le savoir !
    Je n'avais jamais couru aussi vite de ma vie. Dès que je l'eus rattrapée, je lui agrippa le bras.


    - Alice ! criai-je sans m'en rendre compte. Je sais que vous savez beaucoup de choses sur ce collier, et j'aimerai que vous m'en parlez un peu plus. Vous allez me trouvez étrange mais, il semblerait que je sois amnésique et, vous êtes la seule à pouvoir m'aider.

    Je ne savais pas pourquoi je lui disais tout ça, mais il le fallait. Elle savait des choses que j'ignorais. Après m'être calmé un peu, je lui lâchai le bras, m' assit sur une chaise en plongeant ma tête dans mes mains.

_________________



:: What can I do ? ::
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice P. Liddell
¤ Mademoiselle Papillon ~
¤ Mademoiselle Papillon ~
avatar

Messages : 49
Expérience Rpg : 23
Date d'inscription : 20/05/2011
Age : 21

Feuille de personnage
Âge: 16
Race: Ange
Informations Utiles:

MessageSujet: Re: Mademoiselle Papillon... [PV Alice L.]   Mer 1 Juin - 10:04

    « Jamais Alice n'avait été aussi énervée. Que ce garçon l'ait oubliée aussi facilement la mettait dans une colère folle. Marchant d'un pas actif, elle voulait en finir au plus vite avec cette fête stupide. Des larmes de colère menaçaient de couler sur les joues de la pauvre ange, qui les retenait du mieux qu'elle pouvait. Malheureusement, elle n'eut même pas le temps d'atteindre la moitié de la salle de réception qu'elle sentit quelqu'un lui attraper le bras, la forçant à se retourner. Se retrouvant nez à nez avec Elliot, elle essuya aussi rapidement qu'elle le pût les larmes qui avaient coulé malgré elle. Le visage impassible, il avait déclaré.

    - Alice ! Je sais que vous savez beaucoup de choses sur ce collier, et j'aimerai que vous m'en parlez un peu plus. Vous allez me trouvez étrange mais, il semblerait que je sois amnésique et, vous êtes la seule à pouvoir m'aider.

    Il l'avait ensuite lâchée et s'était laissé tomber dans une chaise proche. Enfouissant sa tête dans ses mains, il paraissait être plongé dans une longue réflexion qui donnait l'impression qu'il était en plein cauchemar. Une petite âme dans sa tête la fit lever le bras en sa direction, comme si elle voulait poser sa main sur son épaule. Elle réussit cependant à se contrôler et se mordilla la lèvre. Pourquoi avait-elle aussi besoin de le voir ? Après tant d'années, elle pensait avoir réussi à l'oublier définitivement, et s'il y était arrivé, pourquoi pas elle ? Elle sentit Cheshire se frotter à ses jambes, la poussant par la même occasion. Elle baissa le regard vers lui et vit ses yeux faire un mouvement inquisiteur vers le garçon blond. Elle décida, après quelques secondes, de prendre une des mains du garçon et l'entrainer avec elle. Peut être était-il dérouté, ou simplement affaibli, toujours est-il qu'il se laissa tirer par l'ange très facilement.


    - Si tu as réussi à retrouver mon prénom, c'est que tu es sur la bonne voie, déclara l'ange en souriant. Allons sur le balcon, nous serons plus tranquilles.

    Ne sachant pas où aller pour sortir, elle avait rapidement repéré l'emplacement d'un des balcons qui donnaient une magnifique vue du jardin depuis la salle de réception, parait-il. Cette affirmation se confirma lorsqu'elle atteignit le balcon qu'elle avait vu en arrivant. Lâchant la main d'Elliot, elle se mot au bord du balcon et s'appuya sur la rambarde de pierre. Le jardin était extrêmement bien entretenu et la jolie fontaine qui trônait en son milieu était absolument magnifique à voir. Restant un moment à contempler la vue, elle oublia un instant les problèmes qui s'étaient montrés à elle jusqu'à cette soirée et repensa à l'année passée avec son ami. Se retournant au bout d'un moment, elle planta son regard bleu dans l'océan des yeux de son ex petit ami et sourit.


    - Si tu veux savoir, ce collier, c'est moi qui te l'ai offert. Tu n'est pas obligé de me croire mais c'est l'emblème de la famille Liddell, alors ce serait bizarre qu'un démon comme toi, dont la famille hait les anges, se promène avec un pendentif de la sorte, je me trompe ?

    Elle fit une courte pause, le temps de refouler un peu les sentiments qu'elle avait ressenti en parlant. Qu'il garde ce collier sur lui alors qu'il avait complètement oublié la belle ange lui donnait un sentiment de trahison. Elle se sentait presque insultée par ce démon pour qui elle avait eu tellement d'affection à une époque, mais n'arrivait pas à le haïr. Qu'il ait changé de façon de de comporter, qu'il ait changé radicalement de caractère et qu'il l'ait oubliée n'avaient aucunement modifié le fait qu'il soit Elliot McDowell, et cette singularité faisait toute la différence. Même si les gens changent, ils sont, au fond, toujours les mêmes. Le garçon exceptionnel qu'il était quelques années auparavant était toujours présent au fond de lui, car personne ne perd vraiment son âme d'enfant. Cette âme d'enfant avec qui l'ange avait vécu tellement de bons moments, avec qui elle avait partagé tant d'aventures et surtout, cette âme d'enfant qu'elle avait aimée autant qu'elle l'avait pu.

    Elle sentit le poids de Cheshire se poser sur son épaule et sursauta. La manie qu'avait le chat ne lui faisait rien normalement, mais cette fois, elle était concentrée sur autre chose et n'avait rien vu venir. Le chat lui fit d'ailleurs remarquer, en sortant un "Il te déroute autant que ça ?" assez moqueur, et elle se garda de répliquer quoi que ce soit et fit le point sur ce qui la troublait. Était-ce plus parce qu'elle en voulait à Elliot de l'avoir oubliée ou plutôt parce qu'elle ne s'était pas préparée à leur rencontre ? Maintenant qu'elle se posait la question, il était vrai que deux possibilités s'offraient à elle, l'une impliquant Elliot et l'autre impliquant Alice. Sachant que son caractère angélique lui ordonnait de tout prendre sur elle plutôt que de rejeter la faute sur les autres, elle commençait sérieusement à douter de ce qu'elle pensait. Cheshire lui reprocha d'être beaucoup trop gentille, mais elle répondit que c'était dans sa nature. Le chat farceur réapparut et sourit à Elliot.

_________________



Dernière édition par Alice P. Liddell le Dim 26 Juin - 22:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sanctuary-of-heart.forumactif.org
Elliot L. McDowell
The Original Sin
The Original Sin
avatar

Messages : 18
Expérience Rpg : 4
Date d'inscription : 21/05/2011
Age : 22

Feuille de personnage
Âge: 17
Race: Démon
Informations Utiles:

MessageSujet: Re: Mademoiselle Papillon... [PV Alice L.]   Mer 15 Juin - 10:33

    Ma tête me fit mal encore une fois. A chaque fois que je voulais me souvenir de cette personne, j'avais des maux de tête. Je voulais tellement me souvenir d'elle mais quelque chose m'en empêchait. Mais quoi ? Telle était la question. Je soupçonnais mon père d'y être pour quelque chose, lui qui n'arrêtait pas de me faire subir ses lavages de cerveau. C'était lui qui m'avait effacé ces souvenirs... Ces souvenirs si précieux à mes yeux que maintenant, ils me faisaient souffrir.
    Sans que je m'en rende compte, la jeune fille me prit la main et m'obligea à me lever. J'étais encore perdu dans mes pensées.

    - Si tu as réussi à retrouver mon prénom, c'est que tu es sur la bonne voie, déclara l'ange. Allons sur le balcon, nous serons plus tranquilles.

    C
    es paroles flottaient dans ma tête. " Mon prénom " avait-elle dit. Elle s'appelait donc Alice. Elle m'emmena sur balcon à l'écart de la fête pour que l'on puisse être tranquille pour discuter. En arrivant, elle lâcha ma main et s'appuya contre la rambarde du balcon, fixant le jardin d'un air rêveur. Puis, après avoir bien contemplé la vue, elle se tourna vers moi et plongea son regard dans le mien.

    - Si tu veux savoir, ce collier, c'est moi qui te l'ai offert. Tu n'est pas obligé de me croire mais c'est l'emblème de la famille Liddell, alors ce serait bizarre qu'un démon comme toi, dont la famille hait les anges, se promène avec un pendentif de la sorte, je me trompe ?

    Elle s'arrêta un instant. Je regardais d'un air surpris le collier en forme de goutte que je portais autour du cou. Ce collier... l'appartenait ? A sa famille, à elle ? Je portais sur moi un collier d'ange...
    J'aurais tellement voulu qu'Hayden soit là pour me soutenir. Soudain, une idée surgit dans ma tête. Et si mon familier n'avait rien oublier ? Hayden devait sûrement savoir quelque chose, mais il m'en aurait parlé depuis longtemps. A moins que quelque chose l'empêchait de m'en parler.
    L'étrange chat se posa sur l'épaule d'Alice ce qui la fit sursauter. Il était vraiment curieux...
    Celui-ci réapparut devant moi et me sourit. Quel étrange sourire.
    Je sentais en moi de la culpabilité car ça se sentait qu'Alice semblait furieuse contre moi. C'était clair et net, on s'est rencontré auparavant.
    Encore un autre mal de tête encore plus fort. A chaque fois que je voulais me souvenir d'elle, j'en avais mal au crâne. Je crus à un moment que ma tête allait exploser. Je levai ma tête, décidé à tout lui expliquer.

    - Depuis deux ans, jour pour jour. Mon père me fait subir des punitions et des lavages de cerveau. Il veut que j'oublis quelque chose. Des souvenirs précieux à mes yeux. Il veux les faire disparaître. Je ne sais pas si tu vas me croire mais je ne vois pas pourquoi je te mentirai. J'y gagnerai rien de toute façon.

    Soudain, je me rendis compte que je l'avais tutoyer. Moi qui avait l'habitude de vouvoyer les gens, je m'étais à la tutoyer naturellement comme une bonne amie.
    Un souvenir revint dans mon esprit, une barrette en forme de papillon... Une petite fille au même visage qu'Alice. Je me souvins que je le lui avais donné ce présent, afin qu'elle ne m'oublie pas. Et elle me donna son collier en forme de goutte d'eau.
    J'enfouis encore une fois mes mains dans ma tête, elle me faisait horriblement mal. Je voulais me souvenir d'elle mais c'était presque impossible...
    Je veux me souvenir !!!
    Cette barrette, c'était moi qui le lui avait offerte.


    - Cette barrette, c'est moi qui te l'ai offerte n'est-ce pas ? dis-je tout en fixant la barrette sur ses cheveux. Et ce collier, c'était le tiens... Je me souviens...

    Soudain je m'écroulai brusquement au sol. Ma tête allait exploser et me faisait horriblement mal. J'étais en sueur et du sang coulait de ma tête. Trop de souvenirs m'étaient revenus en une soirée. J'aperçus le visage d'Alice et avant de sombrer dans le noir total j'eus pu lui murmurer dans un dernier souffle.

    - Je ne t'ai pas oublier...Mademoiselle Papillon...

    - Où suis-je ? Suis-je mort ?

    Il faisait noir et sombre. Pas de lumière. Mais, j'entendais une voix, une voix qui criait mon nom. Cette voix m'étais familière. Cette voix que j'attendais depuis deux ans... Cette voix...


_________________



:: What can I do ? ::
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice P. Liddell
¤ Mademoiselle Papillon ~
¤ Mademoiselle Papillon ~
avatar

Messages : 49
Expérience Rpg : 23
Date d'inscription : 20/05/2011
Age : 21

Feuille de personnage
Âge: 16
Race: Ange
Informations Utiles:

MessageSujet: Re: Mademoiselle Papillon... [PV Alice L.]   Jeu 16 Juin - 6:40

    « Elliot parut perplexe, et la jeune fille se pencha gracieusement sur le balcon, en attendant la réponse de celui qui avait été son ami. Il lui fallait le temps de comprendre qu'ils s'étaient connus, mais elle était encore sous le choc. Comment avait-il pu l'oublier ? Après ce qu'ils avaient vécu ? Outrée, c'était le terme le plus approprié. Elle ne remarqua donc pas que le jeune garçon était en proie à une migraine apparente, s'efforçant de se souvenir de cette petite ange. Il finit par prendre la parole, arrachant un léger sursaut auprès de cette dernière. De lavages de cerveau qui duraient depuis deux années... comment un homme pouvait-il faire une chose aussi horrible à son propre enfant ? D'une certaine façon, Alice arrivait à le croire. Peu de gens en auraient été convaincus, mais elle arrivait à voir ce que ressentait Elliot, grâce à son don d'empathie. Le doute était un des seuls sentiments qu'elle percevait au moment où il parlait, et jamais une seule personne n'avait été capable de mentir en ressentant un doute aussi intense que celui qui était présent dans le corps du blond. Après un court silence durant lequel les deux amis d'enfance se fixèrent sans vraiment se voir, le garçon ajouta qu'il se souvenait lui avoir offert sa précieuse barrette. Elle lui sourit et hocha la tête affirmativement, un léger sourire éclairant à présent son doux visage.

    Il lui avait offerte pendant leur seconde rencontre, et qu'il ait réussi à se souvenir de cette barrette lui mettait un certain baume au cœur. Alors qu'il commençait à se souvenir d'elle, il tomba brusquement au sol, haletant et suant comme s'il venait de se réveiller d'un cauchemar. Alice s'agenouilla alors à côté de lui et lui demanda un "Ça va aller ?", inquiète de son état. En voyant son visage, elle savait qu'il souffrait au fond de lui, et ses yeux étaient alors voilés, montrant qu'il n'allait vraiment pas bien. Dans un dernier murmure, il réussit à articuler "Mademoiselle Papillon", puis ses yeux se fermèrent, et son corps retomba lourdement au sol. Alice se précipita alors sur lui et tenta de le relever un peu, mais elle ne réussit qu'à caler sa tête sur son épaule.
    Cette dernière était posée sereinement sur l'épaule de l'ange, qui sentait son souffle irrégulier dans son cou. Ses cheveux blonds lui chatouillaient le visage et elle sentait ses jambes lui faire mal, mais elle ne se détacha pas d'Elliot, préférant le soutenir au cas où il se réveillerait. Appelant malgré elle son ami, avec un air aussi désespéré que s'il était mourant, elle attira de nombreux regards, dont elle ne se souciait guère. Cheshire apparut alors, gambadant sur le sol, comme un chat ordinaire l'aurait fait. Ce chat tigré était loin d'être normal, et son pelage gris striés de rayures bleues n'étaient pas non plus ordinaire. Son sourire, encore moins.


    - Alors Alice, il fait dodo ?
    - Ches', il s'est évanoui. Tu ne saurais pas comment le réanimer ? répondit-elle, très sérieusement.
    - Roh là là... on doit tout t'expliquer à toi. S'il a de la fièvre, fait descendre la température de son corps grâce à ton contrôle de l'eau, pense à ce qu'il y a dans le corps de ce pauvre garçon et essayes de mettre un peu de fraîcheur, pigé ?

    Posant une de ses mains sur le front du démon, elle sentit effectivement que le pauvre était fiévreux. Tout cela était arrivé par la faute d'Alice, qui l'avait poussé à se rappeler d'elle, malgré le lavage de cerveau. Elle savait parfaitement que lutter contre une magie telle que la magie démoniaque était fortement proscrit, et si ce sort était venu de la part d'un démon aussi puissant que le père d'Elliot, les effets pouvaient être dévastateurs. Mettre la vie de cet ami en danger simplement à cause d'un petit caprice de sa part était très égoïste, et elle commençait à culpabiliser. Elle enroula alors ses bras autour du garçon et ferma les yeux. Refroidir cette maudite fièvre... Se concentrant sur l'eau qui composait une grande partie de l'organisme du démon, comme tout être humain ordinaire, elle pensa à ce qu'il fallait changer. Très vite, elle commença à avoir très chaud elle aussi, signe qu'elle venait de capter la température du liquide. Changer cette température, la baisser quelque peu. Ses longs doigts se refermèrent sur la veste qu'il portait par dessus sa chemise, et elle réussit à maîtriser un peu cette chaleur qu'elle trouvait maintenant presque étouffante. C'était le prix à payer pour améliorer l'état du garçon; il fallait qu'elle subisse la même chose. Haletante après avoir fait tant d'efforts, elle ne parvenait plus à soutenir le poids d'Elliot, ses forces l'ayant presque totalement abandonnée. Relâchant le poids de sa tête sur l'épaule du blond, elle s'appuya sur lui et soupira.

    Tellement de choses s'étaient passées durant ce début de soirée, et Alice commençait à en avoir marre. Pourquoi, à chaque fois qu'elle voyait garçon, quelque chose venait perturber ce moment ? Le destin serait-il contre eux ? Cette réponse aurait pu être plausible si seulement Alice avait pu croire au destin. Ce fait était rayé de la liste des croyances d'Alice Liddell, car l'histoire de sa vie était écrite au fur et à mesure qu'elle prenait des décisions, pas à l'avance. Il était vrai qu'Alice avait toujours tout pris sur elle, accepté toutes les situations sans flancher mais cette fois-ci, c'était différent. Elle n'en pouvait plus. Qu'avaient-ils, tous, à s'acharner de la sorte elle et son ami ? N'auraient-ils jamais le droit de vivre en paix ? Malgré elle, de grosses larmes salées roulèrent sur ses joues, venant se nicher dans le cou du garçon normalement inconscient. Les événements avaient eu raison de la force qu'Alice avait acquis durant de nombreuses années, et il fallait avouer que la seule chose qu'elle avait envie de faire à l'instant était de partir pour ne plus jamais revenir. Désormais, elle n'essayait plus de refouler les larmes qui coulaient maintenant d'une façon fluide et régulière, et quelques gouttes de pluie virent accompagner les pleurs de la petite ange.

    - Je suis désolée... Tout est de ma faute. Je t'en supplie Elliot, réveilles-toi... murmura-t-elle.

_________________



Dernière édition par Alice P. Liddell le Dim 26 Juin - 22:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sanctuary-of-heart.forumactif.org
Elliot L. McDowell
The Original Sin
The Original Sin
avatar

Messages : 18
Expérience Rpg : 4
Date d'inscription : 21/05/2011
Age : 22

Feuille de personnage
Âge: 17
Race: Démon
Informations Utiles:

MessageSujet: Re: Mademoiselle Papillon... [PV Alice L.]   Sam 18 Juin - 7:46

    [Hors RP: J'ai édité mon post, car le moment où il retrouve la mémoire est encore un peu trop tôt]

    - Est-ce la fin ?

    Je ne savais pas où j'étais... Et comment j'étais arrivé là...
    Il faisait noir et sombre. Sans aucune lumière. J'avais une horrible sensation au niveau du coeur. Comme si il se déchirait en petit morceaux.
    Je me sentais si seul dans ce vide... La solitude, le sentiment d'être seul au monde. L'envie d'avoir de la compagnie, des amis, une famille à ses côtés. C'était ce que j'avais perdu depuis quelques années. Je ne considérais plus mon père comme le mien, même si je l'appelais tel quel. Ma mère quant à elle, m'ignore comme si je n'avais jamais été son fils. Elle avait tellement honte de moi car j'avais fréquenté une ange.


    - Une ange ?

    Qui était-elle déjà ? Qui...
    Une chevelure blonde, des yeux azurés et un joli sourire. Son nom... Je le connaissais...
    Je sentais que mon corps tombait... Où ? Dans le vide sûrement. Etais-je mort ?Moi-même je l'ignorais. A force de me poser toutes ces questions, j'en avais mal au coeur.

    Cette fille, cette ange... Elle qui me souriait chaleureusement. Elle était mon amie et celle dont j'étais tombé amoureux. Son nom... Il me fallait son nom... Ce nom que je n'arrêtais pas de prononcer dans mes rêves.
    Son prénom signifiait "noble" en germanique. Tout comme ça démarche et son caractère.


    - Je suis désolée... Tout est de ma faute. Je t'en supplie Elliot, réveilles-toi...

    Cette voix si familière... Elle m'appelait.
    Soudain, je ressentis un douleur traverser ma tête. Comme si je m'étais pris un coup de hache qui m'avait trancher la tête.
    Je n'en pouvais plus, il fallait que je sorte de cet abysse que je sorte des ténèbres qui recouvre mon coeur et qui m'empêche de me souvenir d'elle. J'aperçus une petite lumière devant moi. Ne sachant quoi faire je me mis à sa poursuite. Quelque chose dans mon coeur me poussait à rejoindre cette lumière.


    - Arf...

    J'ouvris les yeux avec difficulté et me retrouvais nez à nez avec Alice qui me regardait d'un air très surpris. Je détournai le regard juste après avoir croiser le sien. Qu'est-ce qui m'arrivait ? Pourquoi avais-je si chaud tout à coup. Cette fille, alors que je viens à peine de la rencontrer, pourquoi j'avais l'impression de ressentir quelque chose pour elle ? Je secouai vivement ma tête et posai mon regard bleu sur elle. Que s'était-il passé durant le temps où je m'étais évanoui ?

    - Que m'est-il arrivé ? Que s'est-il passé ?

    Soudain j'entendis des cris d'oiseau. Je tournai ma tête vers ces hurlements et aperçus Hayden, mon faucon aux ailes d'argent foncer à toute vitesse vers nous. Il volait avec difficulté manquant de perdre de l'altitude à certains moments. Il se posa sur mon épaule et se frotta contre ma tête. Que faisait-il ici ? Comment avait-il fait pour sortir de sa prison que mon père lui avait faite ? Oh.. Peu importe. Du moment qu'il était là je me sentais mieux. Du bouts des doigts je me mis à le caresser.

    - Hayden ! Tu es le meilleur, comment as-tu fait pour sortir de ta cage ?
    - J'ai ressentis ta souffrance et ta douleur alors sans réfléchir j'ai volé à ta rescousse. Comme un prince vol secours à sa hum...demoiselle. Même si tu n'en es pas une.


    Je lui souris et aperçus des chaînes sur ses pattes. Ses chaînes qui l'emprisonne de toute liberté. Il était libre désormais alors que moi j'étais encore emprisonner sous l'emprise de mon père. Mais du moment que mon affilié était heureux, je l'étais aussi. Je fis fondre ses chaînes et il put voler librement et avec aisance.

    - Je te présente Hayden Alice.
    - Ravie de te revoir Mademoiselle Alice, mais voilà Cheshire, ce gros matou qui m'avait fait perdre mes plumes une fois.


    Hayden observa le chat d'Alice longuement puis vint se poser sur sa tête. Je fus surpris de voir qu'il connaissait Alice et son chat. Je le fixais, intrigué. Lui il ne les avait pas oublié. Alors moi j'étais totalement amnésique. C'était sûr que l'on s'était rencontré auparavant. Sûr et certain.

    - Alice, je dois te mettre en garde. Le père d'Eliott lui a fait subir des maléfices et dès lors qu'il se souviendra parfaitement de toi... il mourra.
    - Quoi ?

_________________



:: What can I do ? ::
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice P. Liddell
¤ Mademoiselle Papillon ~
¤ Mademoiselle Papillon ~
avatar

Messages : 49
Expérience Rpg : 23
Date d'inscription : 20/05/2011
Age : 21

Feuille de personnage
Âge: 16
Race: Ange
Informations Utiles:

MessageSujet: Re: Mademoiselle Papillon... [PV Alice L.]   Ven 1 Juil - 0:47

    « Alice sursauta lorsqu'elle sentit que son ami commençait à reprendre conscience. Il releva doucement la tête, et elle vit dans son regard qu'il était vraiment perturbé. Peut être ne mentait-il pas lorsqu'il affirmait qu'il l'avait oubliée. Ce détail la vexa un peu mais elle ne fit rien remarquer, car elle fut interrompue par les paroles du garçon. Ces deux simples questions avaient résonné dans l'esprit d'Alice comme un appel à l'aide, presque comme une supplication. Elle fut déroutée par une telle sensation mais le cri d'un oiseau la fit revenir à la réalité. Les deux relevèrent la tête vers le ciel et aperçurent, au loin, une fine silhouette se détacher du ciel étoilé. Les reflets couleur argent confirmèrent immédiatement les pensées d'Alice. Il s'agissait d'Hayden, le Compagnon d'Âme d'Elliot qu'elle avait connu en même temps que son maître et qui s'était chargé pendant longtemps de transmettre les missives que s'envoyaient mutuellement Alice et Elliot. Il fonça vers eux et Alice s'aperçut avec horreur que ses pattes étaient prises dans des chaînes brisées.

    Ce fut sur une petite plaisanterie qu'il se posa à terre, près de son lié qui parut surpris de le voir. Il évoqua une cage, dans laquelle Hayden aurait pu être emprisonné, et Alice eut un léger sursaut. Quel être aurait pu être assez cruel pour empêcher un oiseau de voler ? Elle eut également un pincement au cœur lorsqu'Elliot lui présenta Hayden. Alors il avait vraiment perdu la mémoire, ou bien il jouait vraiment bien la comédie. Ce qui serait plutôt étonnant.


    - Ravie de te revoir Mademoiselle Alice, mais voilà Cheshire, ce gros matou qui m'avait fait perdre mes plumes une fois.

    Elle hocha la tête comme pour faire une révérence, puisqu'elle était assise. Elle sourit également à la remarque d'Hayden au sujet de Cheshire, qui s'était blotti près des jambes de sa liée et qui souriait comme un imbécile heureux... ou pas. Le faucon alla se poser sur la tête de ce dernier qui ronronna. Elle le caressa doucement lorsqu'Hayden fit une révélation inquiétante. Elle sursauta encore une fois et porta ses mains à sa bouche pour étouffer un cri de surprise. Pourquoi le père d'Elliot s'acharnait-il au point de jeter un sort à son propre fils ? Pourquoi ne les laissait-il pas tranquille, quel était le mal à s'aimer ? La pluie qui les aspergeait redoubla d'intensité, ce qui attira l'attention de certains nobles qui se demandaient ce que faisaient deux adolescents sous la pluie. Ce n'était pas son premier problème, mais Cheshire préféra tout de même que le petit groupe rentre s'abriter, ou les gens allaient vraiment se poser des questions sur eux deux. Très peu d'entre eux savaient ce qu'il s'était passé entre les deux blonds plusieurs années auparavant, et Alice soupçonnait encore ses parents et ceux d'Elliot d'avoir essayé de masquer leur relation, sous peine d'être la risée de leur société si le fait que leurs enfants étaient tombés amoureux un jour se savait. Elle serra les poings. La soirée avait été riche en événements et révélations, et jamais Alice n'avait été aussi énervée. Elle se releva doucement et prit la main d'Elliot dans la sienne.

    - Viens, on devrait rentrer... je sais que tu n'aimes pas l'eau. dit elle en souriant.

    Même si son sourire se voulait joyeux, tous pouvaient déceler une pointe de tristesse dans ses iris couleur Pacifique. Elle l'entraîna avec lui à l'intérieur du grand hall qu'ils avaient quitté quelques minutes auparavant et se laissa tomber gracieusement dans l'une des chaises, les vêtements trempés. Elle passa une main sur ses vêtements et fit appel à son contrôle de l'eau pour s'en débarrasser. L'eau de ses vêtements forma une orbe qu'elle jeta par la fenêtre ouverte et fit de même pour Elliot. Elle se rappelait avoir longtemps répéter ce geste sur le garçon, qui finissait parfois dans la mare, près de l'endroit où ils se réunissaient pour jouer tous les deux.


    - Ton père est ici ? lui demanda-t-elle.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sanctuary-of-heart.forumactif.org
Elliot L. McDowell
The Original Sin
The Original Sin
avatar

Messages : 18
Expérience Rpg : 4
Date d'inscription : 21/05/2011
Age : 22

Feuille de personnage
Âge: 17
Race: Démon
Informations Utiles:

MessageSujet: Re: Mademoiselle Papillon... [PV Alice L.]   Sam 9 Juil - 6:44

    Elle hocha la tête comme pour faire une petite révérence. Moi, j'étais abasourdi par le fait que si je me souvenais d'elle entièrement j'allais mourir. Pourquoi ? Quel était le mal de s'aimer ainsi ? Le monde était-il contre nous ?
    Même si je ne me souvenais pas d'elle, je ressentais quand même de l'amour envers elle. Je l'aimais et ça je le savais. Mais cet amour nous était interdit. Je maudissais déjà tous ceux qui étaient contre nous et plus particulièrement mon père.
    La pluie tombait à présent sur nos tête et Cheshire, le chat d'Alice proposa de rentrer se mettre à l'abri. Elle ne me dérangeait pas, je ne l'avais même pas remarqué tellement j'étais absorbé par la phrase de Hayden.


      "Dès lors qu'il se souviendra parfaitement de toi... il mourra."


    J'en avais marre, marre de tout ça. Je voulais que ça se termine vite. Voilà plusieurs années que je n'arrêtais pas de souffrir à cause de ça. Je ne voulais pas mourir, mais vivre, vivre pour la protéger. J'étais perdu dans mes pensées, pourquoi, pourquoi, pourquoi ? Ce mot revenait sans cesse dans ma tête. Je ne pouvais détacher mon regard d'elle. Elle était si jolie. J'aurais tellement voulu la prendre dans mes bras. La chérir comme j'aurais pu le faire. Mais cela m'était interdit.
    Soudain je sentis Alice me prendre la main, elle me souriait tendrement.


      - Viens, on devrait rentrer... je sais que tu n'aimes pas l'eau. dit elle en souriant.


    Je lui rendis le même sourire. Elle s'en souvenait que j'avais horreur de l'eau. Nous rentrâmes dans le hall et elle usa de son pouvoir pour enlever toute l'eau de mes vêtements. Ce geste, elle l'avait déjà fait autrefois. Un souvenir me revint. Etant jeune et maladroit. Je tombais souvent dans les mares, lacs ou ruisseaux. J'en sortais toujours trempé et de mauvaise humeur. Mais elle, elle était la pour me sécher et me remontrer le moral. Rien qu'un sourire faisait en sorte de me rendre le mien. Mais, je voyais que derrière les sourires qu'elle m'adressait maintenant, au fond se cachait une profonde tristesse que moi même ressentait aussi.
    Ma tête me fit mal encore une fois. Un coup de marteau dans la tête. Ça me faisait horriblement mal.


      - Ton père est ici ?


    Je regardais autour de moi, il n'était pas une personne facile à trouver. Dès que je le trouvai, je le pointai du doigt.

      - Tiens il est là-bas. Pourquoi tu me demandes ça ?


    Soudain, il tourna la tête vers nous. Mince ! Il m'avait vu avec Alice. Je fis comme si je ne l'avais pas vu et pris Alice avec moi. Nous nous cachâmes derrière un groupe de gens qui discutaient. Le buffet était proche de nous alors je la poussai sous la table, elle était désormais cachée par la nappe. Elle semblait très surprise par ce que je venais de faire. Je lui souris et déposai un baiser sur son front.

      - Ne t'en fais pas, je vais juste mettre les choses au clair. Je en ressortirai vivant. Reste cachée.


    J'abaissai la nappe avant qu'elle ne put me répondre quelque chose. Mon père arriva en trombe et m'attrapa par le col. Il me demandait avec qui je flirtais. Je lui répondis sèchement que je ne flirtais pas, mais que j'étais seul. J'ajoutai qu'il était vraiment idiot d'avoir des hallucinations et de s’énerver pour si peu. Il fronça des sourcils, il répondit qu'il m'avait vu avec la fille des Liddell.

      - Tss...Vous êtes vraiment un abruti père, vous êtes saoule ? Il faut arrêter de passer pour un alcoolique.


    Mon père me flanqua une grosse claque qui m'envoya à terre. Plusieurs cris se firent dans la foule, mais personne n'osait intervenir dans une affaire de famille qui ne les regardait pas. Ou plutôt, ils avaient peur de mon père. Quel bande de lâches... Mais bon, je n'avais pas besoin d'eux pour m'en sortir vivant. Cependant mon père était vraiment puissant et tellement désagréable... Il se tourna vers moi et me vociféra des injures.

      - Arrête de te foutre de moi et de me manquer de respect !Tu étais encore avec cette souillon de Liddell n'est-ce pas ?! Hein ?! Avoue petit avorton !Cette fille ne mérite même pas l'attention de notre famille, elle ferait mieux d'être dans les rues, là elle servira à quelque chose ! Tu es souillé par elle, je t'interdis d'aller lui parler ni même de lui adresser un regard ! Elle fait partie de la plus pire des races qu'ils existent ! Tu n'est pas un bon fils, tu me déçois ! Je n'aurais jamais voulu t'avoir !


    C'en était trop, je me levai à toute vitesse et lui flanquai mon poing dans sa tronche. Pour qui se prenait-il ?! Mon père riposta en m'emprisonnant dans son emprise. J'avais l'impression de sentir des lames me découper chaque membre. Je hurlais et criais, la douleur me faisait tellement mal. J'apercevais Alice qui me regardait très surprise. Je fronçais des sourcils, elle ne devait pas intervenir, c'était entre moi et mon père ! Subitement, mon regard changea, mes yeux de couleur azur devinrent de couleur dorée. Je fixai mon père et celui-ci s'écroula en se tordant de douleur.

      - Alice est une fille merveilleuse ! De quel droit tu oses de parler d'elle et de sa famille ainsi ?! Les gens comme toi, qui n'ont qu'un corps et une âme noires n'ont pas de coeur ! Ce sont eux la pire espèce de ce monde, comme toi ! Tu en fais parti, je t'ai toujours détesté tu m'as toujours maltraité ! J'aurais aimé ne jamais t'avoir comme père ! Tu n'es qu'un salaud ! Tu ne mérite même pas de vivre ! Tu-


    Je fis interrompu par quelqu'un. Je sentis une main se poser sur moi. Je me retournai et aperçus Alice. Elle me suppliait d'arrêter ce massacre. Mes yeux redevinrent bleus et je regardais d'un air froid mon père qui se relevait. Il me hurla que je n'étais plus son fils et que je n'avais qu'à vivre dans la rue. Il parti en vitesse avec ma mère de la fête.
    J'étais désormais libre ! Je n'étais plus enchaîné. Je n'avais plus de chaînes aux pieds. J'étais à présent un oiseau libre.
    Je me tournai à présent vers Alice en souriant, je n'avais pas remarquer que des larmes coulaient sur mes joues. Je l'a pris dans mes bras.


      - Je suis libre, enfin libre... Et je ne suis plus seul. Tu es là !


    Je desserrai mon étreinte et me frottai la tête. J'étais tellement heureux que je n'avais pas fait attention à ce que j'avais fait.

      - Mais malheureusement, je n'ai plus de foyer.

_________________



:: What can I do ? ::
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice P. Liddell
¤ Mademoiselle Papillon ~
¤ Mademoiselle Papillon ~
avatar

Messages : 49
Expérience Rpg : 23
Date d'inscription : 20/05/2011
Age : 21

Feuille de personnage
Âge: 16
Race: Ange
Informations Utiles:

MessageSujet: Re: Mademoiselle Papillon... [PV Alice L.]   Sam 29 Oct - 18:10

Elliot regarda autour de lui, afin de trouver une réponse à la question d'Alice. Il ne mît que très peu de temps à trouver son paternel, et lorsqu'elle tourna la tête dans sa direction, elle se rappela soudainement du visage impassible de et homme qu'elle avait déjà vu autrefois. La puissance qui émanait de lui, autant dans son Aura magique que dans ses gestes montraient que sa réputation n'était pas volée, et Alice frissona en songeant qu'une telle puissance était capanne de risquer la vie de son fils unique dans le seul but de ne pas salir sa réputation. Dure réalité, qui pourtant était bel et bien présente dans cette partie du Wonderland. L'ange n'eut pas le temps de répondre à la question du beau démon que son père se tourna vers eux, déclenchant une réaction immédiate de la part d'Elliot: il entraîna la blondinette en direction du buffet, se cacha derrière un groupe d'invités et eut la bonne idée de pousser son amie sous la table. Arrivé la, Alice ne cacha pas son étonnement, et Elliot lui sourit gentiment en déposant un léger baiser sur son front, affirmant qu'il allait mettre les choses au clair, et qu'il reviendrait vivant. Cette dernière affirmation suscita une légère peur au fond d'Alice, qui s'attendait parfaitement à ce qu'il aille voir son père. Rester cachée... Depuis quand pouvait-on lui ordonner de rester immobile pendant que l'être qui lui était le plus cher était en train de risquer sa vie ?!
Elle n'osa pas relever la nappe qu'Elliot venait d'abaisser, mais entendre la voix caverneuse de Lord McDowell, suivie du timbre froid que le blond avait dû employer ces quelques dernières années de façon copieuse ne présageait rien de bon, surtout lorsqu'elle entendit les mots fille et Liddell. La réponse d'Elliot fut claire et nette, et même si Alice n'entendait quasiment rien à cause du brouhaha des invités, le seul terme alcoolique indiquait qu'il venait d'insulter son paternel, et ce en public. Ça allait chauffer, et l'issue de cette entrevue n'était pas encore décidée. L'ange hésitait à sortir de dessous de cette table, et éviter ainsi à Elliot de prendre à sa place, mais le bruit d'une claque parvint à ses oreilles, suivi de celui d'une chute au sol. Avec ce genre de sons, il était difficile de ne pas deviner ce qu'il venait de se passer, et le silence que cette simple gifle provoqua confirmait que c'était bien à cause de la famille puissante qu'était les McDowell. Elliot venait de se faire frapper, c'était évident, et personne ne déciderait d'intervenir, car s'opposer à Lord McDowell était comme s'opposer au Roi des Démons, alors ces lâches de courtisans n'allaient certainement pas tenter quoi que ce soit.

Là, par contre, elle entendit son nom, suivit d'injures assez brutales. Se faire insulter n'était pas le principal problème de la jolie blonde qui avait déjà assez de maturité pour ne pas répondre aux moqueries d'un démon sénile, mais elle appréhendait surtout la réaction d'Elliot. Le connaissant, il n'allait certainement pas laisser passer cet affront, et user de ses pouvoirs contre son père était envisageable. C'en fut trop pour l'ange qui décida de sortir discrètement de sous la table, assistant ainsi à un spectacle hors du commun. Tous les invités étaient attroupés autour des deux blonds, le plus vieux debout, l'autre au sol, soutenant son regard sans flancher. Ce n'était pas prudent, surtout lorsqu'on connaissait le pouvoir héréditaire des McDowell, qui passait par un contact visuel. Alors qu'Alice venait de sortir, ce qu'elle craignait finit par arriver: avec une vitesse fulgurante, Elliot bondit sur son père et lui mît un énorme coup de poing en plein visage, ce à quoi Lord McDowell répondit par ce fameux pouvoir contenu dans ses yeux. Alice sentir les larmes lui monter aux yeux lorsque le premier cri de son amour d'enfance lui parvint aux oreilles. Sa souffrance était palpable, tant son cri reflétait toute la douleur qu'il devait ressentir. Alors que tous croyaient que c'en était fini, le regard azur du démon se muta en une profonde couleur dorée, et ce fut le tour de Lord McDowell de hurler en tombant au sol. La tirade d'Elliot au sujet d'Alice lui fit verser des larmes, mais elle savait que si elle l'intervenant pas, il allait vraiment finir par tuer son père. Elle s'avanca alors vers Elliot et glissa sa petite main dans la sienne, le coupant dans son élan.

« - C'est fini, Elliot ! Tu... Tu n'as pas besoin d'aller plus loin, la seule chose que tu gagneras sera de la souffrance. On ne trouve jamais de joie après un meurtre alors je t'en supplie... arrête. Tu vas te faire du mal et ça, je ne le veux pas ! »

Ces mots semblèrent apaiser le démon, qui vit ses iris reprendre leur habituelle teinte océan. Il toisa un instant son père, qui le déshérita promptement, reniant par la même occasion leur lien de parenté, avant de s'éclipser de la fête. C'était bel et bien fini, et Elliot le confirma en se tournant vers sa précieuse Alice, souriant et pleurant à la fois. La seule chose qu'il fut capable de faire fut de la prendre dans ses bras, étreinte à laquelle Alice répondit avec douceur. Affirmant qu'il était libre, et plus tout seul par la même occasion, Alice ne pût réprimer un léger sourire. Cette sensation de liberté, elle la connaissait aussi, et savoir ce que son démon ressentait était positifif. Il revint cependant à la réalité en remarquant qu'il n'avait plus de foyer, désormais. Essuyant ses larmes, Alice lui sourit et posa sa tête sur son torse, tandis que les bruits reprenaient dans la pièce. Un slow pour apaiser les ardeurs des invités, et Alice se fit un plaisir d'entamer cette première danse de la soirée avec Elliot. Elle se lit sur la pointe des pieds, déposa un petit bisou sur la joue du démon et passa ses bras autour de son cou, prête à profiter du reste de la fête.

« - Cette question de foyer n'est pas un problème, tu sais. En y réfléchissant, mes parents n'auraient aucune raison de ne pas t'accepter le temps que tu te trouves un endroit pour vivre, surtout en voyant l'ardeur avec laquelle tu m'as défendue ! Ou si tu veux, on peut passer chez un de mes cousins... J'ai entendu dire qu'il vivait seul dans un grand manoir, et qu'il s'ennuyait souvent. Je crois qu'il a une petite amie, d'après ce qu'on m'a dit, mais je ne suis pas vraiment sûre... »

Ce cousin, elle ne l'avait jamais rencontré, et venir chez lui avec Elliot serait peut être moins intimidant. D'après ce que lui avait dit sa mère, il était un garçon assez excentrique, avec qui il était agréable de discuter, mais rien n'était vraiment sur. Avec un peu de chance, il accepterait la compagnie d'un garçon, démon, de surcroit. Pour ce qui était de sa petite amie, des rumeurs disaient qu'on l'avait vu en compagnie d'une Mage, mais beaucoup affirmaient également qu'il s'agissait en fait d'une Démone... Ce serait également l'occasion de lui poser la question, pour enfin trancher sur l'identité de la fameuse inconnue.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sanctuary-of-heart.forumactif.org
Elliot L. McDowell
The Original Sin
The Original Sin
avatar

Messages : 18
Expérience Rpg : 4
Date d'inscription : 21/05/2011
Age : 22

Feuille de personnage
Âge: 17
Race: Démon
Informations Utiles:

MessageSujet: Re: Mademoiselle Papillon... [PV Alice L.]   Dim 30 Oct - 3:47

    [ENFIN ! Après 3 mois d'attente ! \o/ en fait, en lisant les autres tomes de Dengeki Daisy, on aurait dit un peu la même chose ( la relation qu'ils entretiennent tous les deux )]

    La colère, la haine bouillait en moi lorsque je fis face à mon père. Je n'avais pas peur de lui, cet homme qui n'arrêtait pas de me sévir, de me répéter sans cesse que je n'étais qu'un vaurien qui faisait honte à la famille. C'était plutôt lui le vaurien, mère ne l'aimait plus, son fils non plus. Certes, moi aussi j'étais un démon, mais tous les démons ne sont pas forcément des personnes aussi exécrables que lui. Non, je n'en faisais pas parti. Je n'étais pas un ange non plus, ce fut grâce à mon courage de démon que je pus faire face à mon père et à lui tenir tête.
    Moi qui croyait que tout était noir dans ma tête, finalement une lumière m'était parvenue. Je n'étais pas seul, quelqu'un était venu me tendre la main. J'avais hésité à la prendre, je m'étais dit à ce moment là :


      « Quels en seraient les conséquences ? Seraient-elles bonnes ? Ou mauvaises ? »


    Mais ce doux sourire qui m'était adressé, je ne pouvais plus le quitter des yeux. Cette personne qui m'avait acceptée tel que j'étais, était sûrement celle qui me comprenait le mieux.
    Une main s'était posé sur mon épaule, une main si délicate. J'aperçus le visage d'une jeune fille, ce visage qui m'était si familier et pourtant je ne me souvenais plus qui c'était. Je savais juste qu'elle se nommait Alice. Mademoiselle Papillon...


      - C'est fini, Elliot ! Tu... Tu n'as pas besoin d'aller plus loin, la seule chose que tu gagneras sera de la souffrance. On ne trouve jamais de joie après un meurtre alors je t'en supplie... arrête. Tu vas te faire du mal et ça, je ne le veux pas !

    Cette jeune fille à la chevelure dorée et aux yeux bleus azurés. J'avais l'impression de la connaître depuis bien longtemps, mais ma mémoire me jouait des tours. Je ne savais pratiquement rien sur elle, mis à part son nom...Alors pourquoi avais-je cette sensation de déjà vu à chaque fois que je croisais son regard ? J'en avais mal au crâne. A force de réfléchir à cette solution que je ne trouverais jamais.

    Elle que je venais de "rencontrer" durant cette soirée, me connaissait déjà, elle ne voulait pas que je souffre. Je ne lui avais rien demandé, je pensais que tout le monde me détestait dans ce monde, mais j'ignorai qu'elle était là, si près de moi.
    Sans comprendre ce que je faisais, je la pris soudainement dans mes bras, j'avais l'envie irrésistible de l'enlacer. Non je n'étais pas un pervers, mais j'avais l'impression de l'aimer alors que...je la connaissais à peine.
    J'avais vaincu ma peur, la peur de devoir affronter mon père. Désormais j'étais libre, plus de chaînes, plus de prison. Le mot "liberté" est sans doute le mot le plus beau du monde...
    Ne nous emballons pas si vite, je n'avais plus de maison, plus de foyer. Il fallait que je me débrouille comme je peux.
    La jeune fille posa sa tête sur mon torse, sa toute petite tête. Soudainement, la musique reprit, une musique douce. Alice prit mes mains et nous nous mirent à danser au milieu de la piste. J'étais vraiment gêné à l'idée de danser devant tous ces gens qui me regardaient désormais avec un regard mauvais, non pas que leurs regards me gênaient mais je ne savais pas danser, ou même j'avais horreur de ça. Mais en voyant le sourire si agréable de ma cavalière, je ne m'arrêtai pas et continuais...à contre-coeur. Lorsque cela se termina, la jeune fille fit une chose, très surprenante. Elle se mit sur la pointe des pieds, déposa un baiser sur ma joue et posa ses bras autour de mon cou.
    J'étais légèrement déstabilisé, je détournai la tête en grommelant.


      - Cette question de foyer n'est pas un problème, tu sais. En y réfléchissant, mes parents n'auraient aucune raison de ne pas t'accepter le temps que tu te trouves un endroit pour vivre, surtout en voyant l'ardeur avec laquelle tu m'as défendue ! Ou si tu veux, on peut passer chez un de mes cousins... J'ai entendu dire qu'il vivait seul dans un grand manoir, et qu'il s'ennuyait souvent. Je crois qu'il a une petite amie, d'après ce qu'on m'a dit, mais je ne suis pas vraiment sûre...


    Je regardai Alice d'un air très étonné, d'un côté, j'étais heureux qu'elle me propose de l'aide, mais d'un autre, je voulais me débrouiller seul et ne pas dépendre des autres. Je ne voulais plus lui causer de soucis. Ce serait tout de même louche d'avoir un démon chez soit lorsque sa famille était composée essentiellement d'anges. Je ne voulais en aucuns cas ternir sa belle image. Je dégageai doucement ses mains de mon cou et la fixa dans les yeux.

      - Maintenant que j'ai ma liberté, je ne veux plus dépendre de qui que ce soit. Merci pour ta gentillesse mais je pense qu'il serait bizarre de voir un garçon démon comme moi vivre chez une jeune fille ange comme toi. Les gens me regardent mal, ça je m'en fiche, mais tu m'as tellement aidé que je ne veux pas que ça t'arrive. Tu me comprends ?

    Je marquai un temps de pose, elle était vraiment trop gentille avec moi, peut-être un peu trop que ça me mettait mal à l'aise. Pourquoi aider un pauvre type comme moi ? Tout s'embrouillait dans ma tête, moi je ne la connaissais à peine, mais mon coeur semblait la connaître. C'était une étrange sensation je vous le garantie. Je pensais à l'idée de vivre chez son cousin mais apparemment, il avait une petite copine et ma présence ne ferait que les gêner.

      - Je ne veux pas déranger ton cousin et puis je ne ferai que le gêner.


    J
    e tournai la tête, pour voir tous les gens de la salle. Tous me regardaient bizarrement, ils détournaient tous la tête au moment de croiser mon regard. Je leur lançai des regards noirs puis revint sur Alice, son visage me disait que je devais accepter son aide. Je soupirai puis tapotai sa tête. Non je ne tomberai pas amoureux d'elle, non il ne le fallait pas. Cet amour m'était interdit et puis, je ne la connaissais pas assez. Enfin...c'est ce que je pensais.

      - Ok...On va aller voir ton cousin pour lui demander de m'héberger. Dis moi Mademoiselle Papillon, on ira quand chez lui ?


    Un garçon comme moi ne méritait pas d'être heureux. Je passai une main dans mes cheveux blonds puis souris à la jeune fille.


[la suite on la fait chez Niji ? Very Happy]

_________________



:: What can I do ? ::
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mademoiselle Papillon... [PV Alice L.]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mademoiselle Papillon... [PV Alice L.]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wonderland Sanctuary :: Archives (RPG terminés) :: Secteur 1-
Sauter vers: